Tout le monde perd des cheveux, selon le cycle naturel de la chevelure. Cependant, lorsque cela devient chronique et ne concerne qu’une seule partie sur le crâne, on parle d’alopécie. Cela arrive beaucoup plus chez les hommes, et évolue même jusqu’au stade de calvitie. Si les hommes s’en accommodent parfaitement, pour la majorité des femmes, il s’agit d’un véritable drame. Il faut dire que les cheveux représentent pour beaucoup de femmes, une grande part de féminité. Toutefois, il ne s’agit pas toujours d’une fatalité, et des solutions peuvent même être apportées. Dans cet article, on fera le tour de ce qui pourrait être à la base de cette anomalie.

Quelles sont les causes de l’alopécie chez la femme ?

Déjà, il ne s’agit pas d’un problème d’entretien comme cela peut être le cas avec des cheveux gras. En effet, l’alopécie féminine peut avoir différentes sources selon la femme concernée.

Une alopécie due à des carences

Une carence en fer peut être la cause d’une chute abondante de cheveux, mais pas seulement, cela concerne d’autres vitamines également, comme le magnésium, les vitamines B, le zinc, le calcium, etc. Dans le cas où c’est le régime alimentaire de la femme qui est en cause, il suffira donc de l’enrichir avec des compléments alimentaires pour régler le problème.

L’alopécie androgénique

Ce terme est le nom savant de la calvitie, et comme on peut le constater, ce n’est pas un problème qui concerne uniquement la gente masculine. Cependant, il touche plus les hommes que les femmes, qui sont environ 1/5 à en souffrir. Elle se manifeste soit par des cheveux diffus sur la tête, ou par une absence de cheveux au niveau de la ligne frontale ou du haut du crâne. L’alopécie androgénique est un mal bénin et sans complication. En dehors de la perte de cheveux, le seul mal qu’elle cause, c’est son impact négatif sur la qualité de la vie sociale des femmes. Néanmoins, c’est plutôt dû à la mentalité et à la société.

La ménopause

Certaines femmes subissent une perte de matière capillaire quand vient la ménopause. On remarque alors le recul de la frontière des cheveux vers l’avant du crâne. Selon le cas, le recul du niveau de la chevelure se fait de façon symétrique et une bande invisible semble se dessiner progressivement d’une oreille à une autre. Selon la femme concernée, la perte de matière capillaire peut se révéler plus ou moins importante.

De plus, les cheveux perdus ne repoussent plus. On parle alors d’alopécie post-ménopausique, ou l’alopécie frontale fibrosante. Heureusement, il est possible de traiter facilement cette forme d’alopécie, surtout dès que cela commence. Il est très important d’empêcher le processus avant que la perte de cheveux ne soit importante.

Les pathologies dermatologiques 

Dans ce genre de cas, cela signifie que l’alopécie est due à quelques maladies dermatologiques. Il peut s’agir de :

  • La pelade est un mal auto-immun dont la particularité est d’entraîner une chute brutale des cheveux par plaque. Ce qui est un violent coup pour l’estime de soi chez les dames qui en sont atteintes.
  • Le stress et la santé mentale peuvent aussi être responsables de la perte de cheveux chez la femme au devant du crâne.
  • Un choc émotionnel ou psychologique, aussi bien chez la femme que chez l’homme, peut causer une perte de cheveux. Il s’agit alors d’une réaction de l’organisme, suite à l’état mental de la personne. Le choc perçu comme un signal de détresse, l’organisme déclenche alors des mécanismes de survie. De ce fait, il réduit grandement la micro circulation au niveau du cuir chevelu.

En conséquence de tout cela, les cheveux ne grandissent plus et chutent.

Certaines coiffures

Il y a de ces types de coiffure, qui favorisent grandement la perte de cheveux, au niveau de la ligne frontale. Il faut dire que c’est une zone de traction, où la racine des cheveux subit très souvent de fortes tensions. L’un des types de coiffure qui cause le plus la perte de cheveux correspond avec certaines tresses africaines, lorsqu’elles sont serrées sur le devant. C’est pourquoi il n’est pas rare de remarquer chez plusieurs femmes d’origine africaine, qui font des tresses depuis des années, un recul net de la ligne frontale.

Autre type de coiffure qui provoque le dégarnissement des cheveux, il y a les brushings répétés. C’est également le cas des chignons trop serrés. Ils ont pour conséquence de traumatiser les premières lignes de cheveux se trouvant au niveau du front, les fragilisant ainsi.

L’alopécie chez la femme est parfois inévitable, et parfois provoquée, ce qui veut dire qu’il est possible de la prévenir, et dans certains cas, la guérir.

 

L.R