Métier très prisé, le conducteur routier a de nombreuses missions et travaille dans divers secteurs de l’économie. Il assure particulièrement le transport de marchandises ou de matières premières en France et à l’étranger dans des délais impartis. Mais quelle formation faire pour pouvoir faire ce métier ? C’est ce que nous voyons dans cet article.

Les formations permettant de devenir conducteur routier

En France, il existe plusieurs formations reconnues d’État pour devenir conducteur routier. On retiendra ainsi :

  • Le CAP Conducteur Routier Marchandises (où l’on apprend le transport, la préparation, l’enlèvement et la livraison, ainsi que la gestion des relations clients) ;
  • Le CAP Conducteur Livreur de Marchandises (préparation et réalisation de la livraison ou l’enlèvement de marchandises) ;
  • Le Bac Professionnel Conducteur Routier Marchandises ;
  • Le Titre Professionnel de Conducteur(trice) du Transport Routier de Marchandises sur tous véhicules (CTRMV) délivré par le Ministère chargé de l’emploi (niveau 5) ;
  • Le Titre Professionnel de Conducteur(trice) du Transport Routier de Marchandises sur Porteur (CTRMP) que délivre le Ministère chargé de l’emploi (niveau V) ;
  • Le Titre Professionnel de Conducteur Livreur sur Véhicule Utilitaire Léger (niveau V).

Les formations ci-dessus sont appelées FIMO (pour Formation Initiale Minimale Obligatoire) à la pratique du métier.
Toutefois, outre le fait de disposer du permis poids lourd pour effectuer son métier, un chauffeur de camion pourra également avoir besoin de passer des formations professionnelles plus courtes tout au long de la vie comme la formation conduite rationnelle par exemple, ce sont des formations .

Les formations continues

Les technologies évoluent, la sécurité routière également. Tout au long de sa vie professionnelle, un conducteur routier devra passer des formations pour rester efficace dans son métier. Il existe même une formation continue obligatoire dans le transport de marchandises ; On parle ici de FCO qui doit être réalisée tous les 5 ans. Si l’on est salarié, ces formations courtes peuvent être réalisées durant le temps de travail.

entretien de roues camion

Les aptitudes nécessaires pour devenir conducteur routier

Le chauffeur de poids lourd effectue des opérations de transport qui varient en fonction de la distance parcourue, du type de camion et des produits transportés. On trouve ces chauffeurs au niveau local ou national, mais ils peuvent aussi voyager à l’international grâce à leurs compétences particulières pour livrer des marchandises n’importe où dans n’importe quel pays. Il peut ainsi conduire un véhicule de trois tonnes de PTAC (poids total autorisé en charge) sur de longues distances parfois.

Un métier aux tâches diverses

Conduire est certes la principale fonction du chauffeur de poids lourd. Toutefois, il devra également s’apprêter à réaliser d’autres tâches dont voici une liste non exhaustive :

  • Préparer de la manière la plus optimale le camion avant le départ en effectuant un nettoyage, du lavage et des  vérifications ;
  • Effectuer le chargement du camion ou veiller à son bon déroulement (cela dépend ici du contrat) ;
  • Débâcher et rebâcher lorsque cela est nécessaire la remorque ;
  • Contrôler le déchargement des marchandises ;
  • Compléter les documents administratifs comme les bordereaux de livraison, les factures, les formalités douanières ;
  • Un chauffeur routier doit avoir également à jour le carnet de bord qui peut être demandé par les autorités à tout moment ;
  • Assurer un entretien minimum du camion par la réalisation de vidanges et de graissages.

dechargement de marchandises

Un métier de responsabilités

Il en résulte qu’il faut pouvoir dans ce cas être en mesure d’avoir une responsabilité sur le transport des marchandises et une attitude alerte tout au long du trajet. Le métier de conducteur est très exigeant. Il occupe la majeure partie de son temps sur les routes, mais il doit également charger et décharger le camion ou la remorque aux points de départ et de livraison, ainsi qu’effectuer certaines tâches administratives lorsque cela est nécessaire ; et parfois même jouer un rôle actif dans la représentation de l’entreprise pour laquelle il travaille. Il peut s’avérer ainsi très utile, notamment pour les longs courriers, de maîtriser quelques langues étrangères (et en particulier l’anglais).

X.D.